Marc-Antoine Mathieu November 29, 2017 – March 1, 2018
  

133009517378805

Mathieu-fleches-H2-web
La chaussée des flèches, 2017, 73 x 73 cm. Edition of 7

mam-dessin-webweb

Mathieu-etourneau-web
Flèches étourneaux, 2016-2017  100 x 100 cm. Edition of 3

Mathieu-ext-web
RGB, 2017, 120 x 120 x 13 cm. unique

Marc-Antoine Mathieu (1959), vit et travaille à Nantes

Tout en suivant des cours à l’école des beaux-arts d’Angers en France, il travaille le graphisme et la scénographie. Son premier ouvrage paraît aux éditions Futuropolis en 1988. En 1990, il publie L’Origine chez Delcourt, premier tome de sa série Julius Corentin Acquefacques, prisonnier des rêves. Dès ses premiers livres et tout au long de sa carrière, Marc Antoine Mathieu apparaît comme un auteur à part. D’emblée il traite le récit et le livre dans son intégralité comme une performance graphique et narrative, une expérience à partager entre lecteur, protagoniste et auteur. La bande dessinée devient en elle-même, par sa matérialité livresque et les dessins qui la composent, l’origine des péripéties et des rebondissements du héros et de ses compagnons (disparition du point de fuite et de la perspective, anti-case, apparition d’une troisième dimension, intrigue qui n’apparait pas aux protagonistes, etc.). L’Oeuvre de Marc-Antoine Mathieu regorge de prouesses conceptuelles et d’expérimentations sur la matérialité même du livre et la tautologie du récit qui peut se déployer dans différentes types de boucles narratives. Le langage allié au dessin, joue un rôle très important et enivrant par sa portée philosophique et existentielle. Les jeux de langage s’enrichissent de jeux graphiques et de mise en page. On retrouve ainsi une multitude de formats d’ouvrages, de cases découpées, l’irruption de la troisième dimension, des collages, des récits qui s’entrecroisent, un abandon de l’illustration de couverture ou des récits entiers sans texte. Marc-Antoine Mathieu décloisonne ainsi brillamment les genres, offrant un enrichissant dialogue entre les univers de la bande-dessinée, de la philosophie visuelle et de l’art contemporain, le tout accompagné d’humour et d’humanisme.

Oeuvres présentées à 2m2, 36 rue des Maraichers du 29 novembre 2017 au 15 mars 2018 :

La chaussée des flèches, 2017 Impression sur Samba DS, caisson lumineux, leds, 73 x 73 cm. Edition de 7

Flèches étourneaux, 2016-2017 Duratrans sur verre acrylique, caisson lumineux, neon, 100 x 100 cm. Edition de 3

RGB, 2017 Caisson lumineux avec tube néon, 2 sérigraphies en noir sur verre acrylique, impression 3D par frittage de poudre, peinture acrylique bleue, aluminium, leds, néon, 120 x 120 x 13 cm. unique

PRIX ET RECOMPENSES
1991 : Alph-Art coup de coeur du festival d’Angoulême pour L’Origine
1994 : Alph-Art de la meilleure histoire au festival d’Angoulême pour Le Processus
2000 : Prix du meilleur du Festival de Sierre pour Le Dessin
2010 : Drapeau : France Grand prix de la critique de l’ACBD pour Dieu en personne
2013 : Prix Töpffer International, Genève pour Le Décalage

OUVRAGES Julius Corentin Acquefacques, prisonnier des rêves (Delcourt) : L’Origine 1990, La Qu… 1991, Le Processus 1993, Le Début de la fin / La fin du début 1995, La 2,333e Dimension 2004, Le Décalage 2013, L’Ascension et autres récits 2005. Les Sous-sols du Révolu Extraits du journal d’un expert (Futuropolis/Musée du Louvre, 2006) Dieu en personne (Delcourt, 2009) – Grand Prix de la Critique de l’ACBD 2010 3″ (Delcourt, 2011) Labyrinthum (éditions L’Association, 2014) Le Sens (Delcourt, 2014) Otto, l’homme réécrit (Delcourt, 2016)